Blog

Mieux comprendre le fonctionnement du stress

Quand l’homme préhistorique chassait un mammouth, son organisme devait se préparer à engager le combat ou prendre la fuite.

 

Le mammouth est appelé agent stressant.

 

L’agent stressant déclenche le stress, une adaptation positive de notre organisme pour engager le combat ou prendre la fuite.

 

L’agent stressant va entraîner la sécrétion des hormones du stress : le cortisol et l’adrénaline. 

 

Le stress permet :

  • une prise de décision rapide
    • en augmentant la vigilance du cerveau, 
    • en stimulant les organes des sens,
  • une action physique immédiate en mettant les muscles sous tension,
  • une augmentation de la production d’énergie au niveau des muscles pour anticiper une action physique prolongée : 

nutriments + O² = énergie + CO²

 

Pour fabriquer de l’énergie, les cellules musculaires ont besoin de nutriments et d’oxygène.

 

Les réserves de nutriments de l’organisme (glycogène du foie, graisses du tissu adipeux) sont mobilisées.

 

Pour apporter plus de glucose aux muscles, le niveau de sucre dans le sang augmente.

 

L’insuline est une hormone qui demande aux cellules de l’organisme d’absorber le sucre contenu dans le sang pour le stocker comme source d’énergie.

 

En cas de stress :

  • la sécrétion d’insuline est stoppée,
  • les cellules sont moins sensibles à l’action de l’insuline.

La fréquence respiratoire augmente pour oxygéner le sang et le débarrasser du  CO².

 

Le système cardio-vasculaire est stimulé (augmentation de la fréquence cardiaque, augmentation de la pression artérielle) pour apporter les nutriments et l’oxygène aux muscles ;

 

  • une économie d’énergie :
    • en diminuant la circulation sanguine au niveau digestif et rénal,
    • en mettant le système immunitaire au repos ;
  • une sécrétion d’endorphine (analgésique) pour pouvoir mieux résister à des douleurs éventuelles ;
  • un resserrement des vaisseaux sanguins de la peau pour éviter des saignements trop importants en cas de blessure ;
  • une stimulation des glandes sudoripares (sudation)  pour rafraîchir l’organisme. La peau devient blême et moite.

Quand l’agent stressant disparaît, l’organisme retrouve peu à peu ses constantes de départ, la récupération est totale.

 

Le stress a donc joué un rôle important pour assurer la survie de notre espèce.